• Accueil
  • > Archives pour juillet 2008

Archive pour juillet, 2008

+Bacheliers /Inscriptions: A propos des recours …

 Recours: Quand ? Comment? Dans quel cas? 

> La période de confirmation de l’inscription et des recours en ligne est fixée : Du 30 juillet 2008 au 04 août 2008

> Les recours doivent se faire exclusivement en ligne

> Les nouveaux bacheliers non satisfaits de leur affectation, peuvent introduire un recours dans le seul cas d’une affectation (orientation) ne répondant à aucun des dix choix exprimés dans la fiche de voeux.

* Dans le cas où le bachelier, orienté vers une filière subordonnée à la réussite à un concours, à un test d’aptitude ou à un entretien avec un jury, est déclaré non admis aux épreuves prévues à cet effet, il est réorienté vers l’un de ses autres choix mentionnés sur la fiche de voeux dans le respect des conditions pédagogiques requises. Dans ce cas, l’établissement d’accueil, en première affectation, se charge de toute la procédure de cette réorientation.

SourceCirculaire du (MESRS) relative à la préinscription et à l’orientation des titulaires du baccalauréat au titre de l’année universitaire 2008-2009

> Pour d’autres précisions, vous pouvez poser vos questions sur le blog

+un Saddam Hussein israélien triomphe dans un feuilleton de la BBC

+un Saddam Hussein israélien triomphe dans un feuilleton de la BBC dans Insolite & faits divers h9ill1078937houseofsaddam1.vignettePlus vrai que nature

 La ressemblance est telle que, lors du tournage en Tunisie, des passants, visiblement non informés de la mort du tyran, sont même venus lui serrer la main en l’appelant « Saddam ».

Faut-il s’en étonner ? Saddam Hussein est devenu un héros de téléfilm. The House of Saddam, coproduit  par la BBC et l’américain HBO  dont le premier épisode a été diffusé en Grande-Bretagne, mercredi 30 juillet. Le plus étonnant, sans doute, réside dans le choix d’un acteur israélien, Igal Naor, pour interpréter le dictateur irakien, ancré dans toutes les mémoires pour son hostilité à l’Etat hébreux. Fidèle jusqu’au bout à l’original, ce comédien, un Isra ne joue pas seulement Saddam : il « est » Saddam.

[...] La ressemblance est telle que, lors du tournage en Tunisie, des passants, visiblement non informés de la mort du tyran, sont même venus lui serrer la main en l’appelant « Saddam ».

La décision de la BBC de confier le rôle de Saddam Hussein à un Israélien a provoqué de vives réactions dans le monde arabe. « Il reste une sorte de gêne chez mes fans », déclare l’acteur égyptien Amr Waked, qui joue le général Hussein Kamal, neveu et gendre peu fiable de l’ex-président, assassiné en 1996 à son retour d’exil en Jordanie. Comme au personnage qu’il interprète, Saddam Hussein ne lui a apporté que des ennuis. Sitôt la distribution connue, Amr Waked a été la cible d’attaques véhémentes du syndicat des acteurs égyptiens, comme des médias de son pays, pour avoir accepté de jouer aux côtés d’un ressortissant israélien. [...]

Le script se focalise sur la période 1979-2006, qui va de l’accession de Saddam Hussein au sommet de l’Etat jusqu’à son exécution par pendaison. Le réalisateur-scénariste de ce « docu-drama » haut de gamme, Alex Holmes, a voulu à tout prix éviter de tomber dans la caricature d’une brute ténébreuse assoiffée de sang.

Synthèse – D’après un article du Monde du jeudi 31 juilet 2008

+JO: Une émission de ZDF arrêtée en direct…

Ph. lepoint.fr Censure en direct de la Grande Muraille

Pour ne rien laisser filtrer sur le vrai visage du pays, pendant les jeux olympiques,  les autorités chinoises ont la ferme intention de tout contrôler, notamment les médias.

Un présentateur  d’une émission de la chaîne allemande ZDF suivie par des millions de téléspectateurs, alors qu’il venait de lancer le programme en direct de la Grande Muraille, a été invité à poser le micro par  les agents de sécurité  apparus à l’écran et ont fait arrêter les caméras. Le programme, qui avait coûté des millions,  avait pourtant été, au préalable, contrôlé et soumis à la censure.

+De son trône, le Roi du Maroc « pique sa crise » et s’en prend à l’Algérie…

Le Roi Mohammad VIDans un discours prononcé à l’occasion du 9e anniversaire de son accession au trône, le Roi du Maroc fustige l’Algérie, à propos de sa décision de fermer ses frontières avec son royaume. Quelques titres de la presse à ce sujet…

elwatanlogo1.gif

Le Roi du Maroc fustige la fermeture de la frontière avec l’Algérie : La colère de Mohammed VI

Dans un discours prononcé à Fès, à l’occasion du 9e anniversaire de son accession au trône et publié intégralement par l’agence de presse officielle MAP, le roi Mohammed VI a laissé entendre que la fermeture de la frontière est liée à la question du Sahara occidental. Il a déclaré : « Quelles qu’elles soient, les différences de points de vue dans ce conflit ne sauraient justifier la poursuite de la fermeture des frontières. » Pour lui, « cette mesure unilatérale est vécue par les deux peuples comme une sanction collective incompatible avec leurs liens de fraternité historique, les exigences de leur avenir commun et les impératifs de l’intégration maghrébine ».

llogoelkhabar.jpg

جدّد دعوته للرئيس بوتفليقة إلى إعادة فتح الحدود المغلقة منذ 94
محمد السادس يتهم الجزائر بممارسة  »عقاب جماعي ضد بلاده »

جدد الملك محمد السادس، أمس، دعوته للجزائر بإعادة فتح الحدود البرية المغلقة منذ 1994، بعد أن مهد لهذا المطلب بسلسلة من الاتهامات حمّل فيها الجزائر مسؤولية المشاكل التي يتخبط فيها شعبه بفعل  »العقاب الجماعي المتنافي مع أواصر الأخوة التي تربطه بنظيره الجزائري

 logoliberte.jpg

À l’occasion du discours du trône, il s’attaque à l’Algérie Mohammed VI pique sa crise sur les frontières

Le roi du Maroc perd son sang-froid et s’en prend à l’Algérie, pour justifier ses échecs répétés et faire taire les rumeurs qui courent à Rabat et ailleurs au sujet de son propre devenir. C’est devenu une habitude chez lui : dès que ça va mal au Maroc, il agite « la main de l’étranger », en accusant l’Algérie de tous les torts.

+ Sit-in hier des enseignants contractuels: Les manifestants matraqués

Sale temps pour les enseignants ! 

ph. El watan (Les manifestants matraqués) «Sale temps pour les enseignants ! », s’est exclamé hier un citoyen qui venait d’assister à une scène des plus révoltantes et rebutantes. Oui, le spectacle n’était pas digne d’une Algérie qui se dit respectueuse de son élite.

Hier, les enseignants contractuels ont été malmenés et brutalisés, des représentants de partis politiques, d’organisations syndicales et des photographes maltraités, bousculés et empêchés de travailler par des policiers déchaînés, venus en force disperser la foule. Une foule composée de représentants de syndicats autonomes tels que le Satef, le Cla, le Snapap, le Cnapest, des représentants du FFS, du MDS et du CCDR, et également des représentants de la société civile. Un dispositif de sécurité impressionnant a été déployé pour quadriller toute l’avenue menant au ministère de l’Education nationale.

« dégagez d’ici ! »

Les manifestants se sont donné rendez-vous à hauteur du lycée Descartes et n’ont pu malheureusement bouger de cet endroit, vu l’acharnement des policiers qui ont reçu pour ordre d’empêcher quiconque de rejoindre le département du doyen des ministres. Des casques bleus et des policiers en civil ont usé de tous les moyens pour remballer les contestataires. « Dégagez d’ici, ou alors je vous embarque tous au commissariat », a lancé à l’égard des manifestants un policier en colère. Ce dernier a donné ordre à ses éléments de disperser tout le monde. « La donne et les instructions ont changé maintenant, je ne ménage personne, renvoyez ces gens chez eux, je ne veux plus d’attroupement », a lancé l’officier à ses agents. Ces derniers exécutent. Des syndicalistes ont alors tenté d’expliquer aux policiers que leur manifestation était pacifique et qu’il s’agit là d’une ultime tentative de renouer le dialogue entre les grévistes et la tutelle. « Nous ne voulons pas d’affrontement, nous aimerions juste nous rendre au ministère pour demander à M. Benbouzid d’ouvrir des négociations avec les enseignants contractuels », expliquent les membres de la délégation. Mais, imperturbables, les policiers repoussent les manifestants et leur demandent avec insistance de vaquer à leurs occupations. « Vous, les femmes, rentrez chez vous. Ne nous rendez pas la tâche difficile. Vous seriez mieux dans vos cuisines », a suggéré un policier aux enseignantes.

« LÂCHEZ-MOI, JE NE SUIS PAS UN TERRORISTE »

Le ton monte des deux côtés et les policiers décident de passer à l’acte en arrêtant de manière honteuse deux enseignants affiliés au CLA. « Lâchez- moi, je ne suis pas un terroriste », crie l’un d’entre eux. Conduits au commissariat, les deux syndicalistes ont été relâchés. Cette situation a laissé perplexes les personnes qui ont fait le déplacement pour apporter leur soutien aux manifestants. « Les policiers ont fait dans l’excès de zèle », fait remarquer un enseignant. M. Brerhi, du CCDR, a tenu à dénoncer ces agissements. « Il y a danger de mort, est-ce que les hauts responsables ne se rendent pas compte de cette situation. Il faut donc engager un dialogue avec les concernés pour trouver une solution. On ne cherche pas d’affrontement, c’est une action pacifique. Les policiers ont reçu des instructions, veut-on le pourrissement ? », s’est interrogé Brerhi qui ne comprend pas « comment un ministre qui veut introduire la démocratie dans l’école algérienne autorise le passage à tabac des enseignants qui ne revendiquent qu’une entrevue avec lui ? », regrette-t-il. Le représentant du MDS qualifie d’incorrect le comportement des pouvoirs publics qui, d’un côté, permettent aux familles de disparus de manifester dans la rue et, de l’autre, empêchent les enseignants d’observer un sit-in. Addad du FFS n’est nullement surpris par l’attitude des autorités, qui veulent « achever » les grévistes. Ces derniers estiment qu’après cette tentative de médiation, tous les recours seront permis, y compris celui de saisir les instances internationales pour trouver une solution. « Nous n’avons rien à perdre. Lorsque vous ne percevez pas votre salaire pendant trois ans, vous êtes déjà mort. Lorsque vous travaillez pendant quatorze ans et qu’on vous met à la porte sans aucune argumentation valable, il y a un problème et un problème sérieux. C’est de l’ingratitude ! », lance avec rage un enseignant contractuel. Le combat des enseignants contractuels « est une étincelle qui risque rapidement de devenir un brasier », a averti M. Saadali du Satef. Les grévistes ne comptent pas baisser les bras : « Nous irons jusqu’au bout d’autant plus que nous sommes déjà morts. » Cette phrase nous renseigne sur l’état d’esprit des grévistes.

Par Nabila Amer / El watan-Edition du jeudi 31 juillet 2008

+ Bacheliers: Plus de bourses d’études à l’étranger…

Plus de bourses pour l'élite des lauréats au bac Bouteflika l’a décidé, Benbouzid l’a déclaré

Dans des déclarations à la presse, lors d’une  cérémonie de remise des prix aux nouveaux lauréats au baccalauréat, à
la Maison de la culture, à Alger,  Benbouzid a révélé que « le Président a décidé qu’il ne sera plus accordé des bourses d’études à l’étranger. » à l’élite parmi les lauréats. Expliquant les motivations de cette mesure, le Ministre a précisé « qu’il a été constaté qu’un grand nombre de bénéficiaires de ces bourses préfère ne pas regagner le pays.» 

 

Feraoun: La population ferme le centre de santé et demande le départ de son médecin-chef

Les citoyens de la commune de Feraoun ont choisi la manière forte pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis du  médecin-chef du centre de santé de la localité. En effet, des dizaines de citoyens ont assiégé  cet établissement sanitaire et invité le personnel à quitter les lieux avant de procéder à sa fermeture.

Dans une déclaration rendue publique, les initiateurs de cette action dénoncent «  le mauvais comportement du médecin-chef et exigent son départ. »

Au terme d’une rencontre avec le directeur de l’établissement public de santé de proximité (EPSP)  venu écouter leurs doléances, l’on apprend que le  « siège » serait levé par la population.

http://motsdtete06damizour.unblog.fr

+Au pouvoir depuis 1987, Zine El Abidine Ben Ali candidat à sa propre succession

Au pouvoir depuis 1987, Ben Ali candidat à sa propre succession pour un 5e mandat consécutif Pour un cinquième mandat…

Le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali a annoncé mercredi sa candidature à l’élection présidentielle de 2009 pour un cinquième mandat de cinq ans. Au pouvoir depuis 1987; le président tunisien est assuré d’un cinquième mandat consécutif  en 2009 rendu possible par un amendement de la Constitution approuvé par référendum en 2002.  

Le comité central du RCD, « parti » au pouvoir qui avait désigné M. Ben Ali en février 2007 comme candidat à un nouveau mandat, avait renouvelé son appel à postuler le 15 juillet dernier.

+Education nationale/ Mesure d’urgence: Nouvelles admissions…

de 28 enseignants contractuels à … l’hôpital

http://motsdtete06damizour.unblog.fr

 

+JO 2008:Des gymnastes chinoises avec de fausses dates de naissance

Ph.Chine Nouvelle /He Kexin répondant à ses premières interview en 2007 en tant que gymnaste de Wuhan  Soupçons de la Fédération internationale de gymnastique

 Deux jeunes chinoises sont soupçonnées de ne pas avoir l’âge requis pour pouvoir participer aux JO.»

Manifestement, les autorités chinoises veulent organiser des jeux olympiques « sur mesure ». Après avoir occupé  le « podium » de la répression en  verrouillant tout au plan politique et en matière des libertés, elles comptent rafler le plus grand nombre de médailles en jeux. C’est le cas, notamment en gymnastique, où il est soupçonné la falsification des dates de naissance des gymnastes engagées.

C’est ce qu’on apprend sur divers sites qui diffusent des informations en continu, à l’instar de « Chine Nouvelle » et de Pékin 2008 et bien sûr celui de la Fédération internationale de gymnastique qui se dit « embarrassée par ce qui ressemble à un premier scandale olympique. Deux jeunes chinoises sont soupçonnées de ne pas avoir l’âge requis pour participer aux JO.»

He Kexing, par exemple, qui  est devenue en quelques mois un phénomène mondial des barres asymétriques. Inconnue jusque là, elle a remporté cette année deux compétitions internationales et les championnats de Chine, devenant officiellement,  membre de l’équipe olympique, déclarée à la Fédération comme étant née le 1er janvier 1992. Elle a donc un peu plus de 16 ans, âge minimum pour participer aux jeux. Sur les documents fournis à la fédération internationale de gymnastique, la date de naissance de He Kexing est le 1er janvier 1992. Elle a donc un peu plus de 16 ans, âge minimum pour avoir le droit de participer aux Jeux.

Mais voilà, sur plusieurs autres documents, notamment des inscriptions dans des épreuves préalables, la jeune gymnaste était enregistrée comme née le 1er janvier 1994. Elle aurait donc dans ce cas là 14 ans et n’est pas qualifiable pour des épreuves olympiques.

Ce n’est pas la première fois que la gymnastique est confrontée avec un scandale de cet ordre. En 2000, la chinoise Yang Yun avait remporté deux médailles à Sydney, avant de reconnaître elle-même qu’elle avait 14 ans au moment des Jeux.

12345...12

KeepOpen |
quand j'ai la parole ... |
Copro89 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ZEN D ESPRIT
| Le blog du syndicat FO de D...
| les sociologues masqués