• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 24 septembre 2008

Archive pour le 24 septembre, 2008

+DOCUMENT: Rapport et classement de Transparency International 2008

ti.jpg La persistance d’un niveau élevé de corruptiondans les pays pauvres conduit à une « situation humanitaire désastreuse »

Cliquer sur l’image pour accéder au lien: consulter le document intégral 

La corruption persiste également dans les pays les plus riches affectés par de nombreux scandales mettant en cause des entreprises.

Indice de Perception de la Corruption 2008 de Transparency International: Le score attribué à chaque pays ou territoire évalue le niveau de corruption dans le secteur public, tel que perçu par les entreprises et les experts, sur une échelle allant de zéro (degré élevé de corruption) à dix (degré élevé d’intégrité): sur

+Rapport et classement de Transparency International 2008: L’Algérie à la 92e place sur 142

corruption.gif Rapports « intimes » avec la corruption

 Cette situation, note dans son communiqué   l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC), section locale de Transparency International, s’explique par   « le ” retour en force d’un Etat policier, autoritaire, répressif et liberticide, est un des principaux indicateurs de ce maintien de l’Algérie parmi les pays cancres de la corruption au sein de la communauté internationale” 

L‘Algérie continue  d’entretenir des rapports « intimes » avec la corruption, selon le rapport annuel de Transparency International, publié ce mardi 23 septembre. Ainsi, selon les conclusions de cette étude, pendant que de nombreux pays progressent en matière de lutte contre ce fléau, l’Algérie, qui arrive à la 92e  position, demeure dans la zone rouge.

Dans la zone Maghreb, l’Algérie, même si elle se classe mieux que la Lybie 113e  – qui n’est pas une référence dans le domaine,  est devancée par la Tunisie (62ème) et le Maroc (80ème) Parmi les 18 pays de la zone Afrique -Moyen Orient,  le Qatar qui occupe le premier rang, avec une note de 6,5 est le mieux loti, suivi des Emirat arabes Unis (5,9), l’Algérie, avec la peu enviable note de 3,5, végète au bas du tableau. Alors que l’Irak, avec la note de 1,3 sur 10, constitue la lanterne rouge.

Cette situation, note dans son communiqué  la section  l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC), section locale de Transparency International, s’explique par   « le retour en force d’un Etat policier, autoritaire, répressif et liberticide, est un des principaux indicateurs de ce maintien de l’Algérie parmi les pays cancres de la corruption au sein de la communauté internationale. Les dénonciateurs, les donneurs d’alerte, les victimes et les témoins de la corruption continuent de subir des représailles systématiques de la part des pouvoirs publics, notamment de leur employeur, des services de sécurité toutes casquettes confondues, et de la justice »,

Par ailleurs, toujours selon le rapport, l’un des indices qui ne trompent pas, ce sont la nature et le volume des échanges économiques et commerciaux   ne représentant  qu’ à peine 1% qu’entretient l’Algérie avec le Danemark, la Suède, la Nouvelle Zélande, le Singapour, la Finlande, la Suisse, l’Islande, les Pays-Bas, l’ Australie et le Canada, les 10  pays  en tête du classement.  

Le rapport de l’association Transparency International qui note les pays entre 0 et 10 est élaboré sur la base de données fournies par de organismes internationaux indépendants, comme la Banque Mondiale et le Forum économique mondial.

Synthèse (motsdtete06damizour) d’après diverses sources

KeepOpen |
quand j'ai la parole ... |
Copro89 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ZEN D ESPRIT
| Le blog du syndicat FO de D...
| les sociologues masqués