• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 24 janvier 2009

Archive pour le 24 janvier, 2009

+Décès brutal de la collégienne (Annaba): L’enseignante mise en cause innocentée

L’enseignante mise en cause innocentée

Alors qu’elle a été  tenue pour  responsable du décès  d’une élève de 1e AM, du Cem de la cité FLN de Annaba, l’enseignante, accusée notamment par les parents de la défunte d’avoir « usé de violence à l’origine de la mort de leur fille » vient d’être mise hors de cause. En effet, l’autopsie effectuée sur la victime a conclu que « le décès est causé par un emphysème pulmonaire »

Ce constat médical entraînera l’arrêt de toute poursuite judiciaire à l’encontre de l’enseignante initialement incriminée.

Pour rappel cette affaire, a fait réagir le ministère de l’éducation qui a, sans attendre les conclusions de l’enquête, procédé à la suspension de l’enseignante, en engageant des poursuites judiciaires à son encontre.

+Zone d’activité commerciale:Les pieds dans la gadoue et le nez dans la poussière

Zone d'activité commerciale (Amizour) Les peids dans la gadoue depuis 1996, et des promesses électorales non-tenues comme toujours  Les commerçants et artisans clouent au pilori les élus locaux

 S’adressant aux élus locaux, les rédacteurs de la déclaration, sur un ton ironique, certainement dépités et menés en bateau par tant de promesses,  s’interrogent : « Que représentons-nous donc, nous les malheureux citoyens de ce beau village devant quelques mètres de bitume ?

Dans une déclaration rendue publique,  (reprise par la dépêche de Kabylie du jour) cette semaine, les citoyens commerçants et autres artisans de la zone d’activité commerciale d’Amizour sortent de leur réserve  pour dénoncer l’indifférence des autorités locales à l’égard de l’état de la voirie et de l’assainissement dans ladite zone.

S’adressant aux élus locaux, les rédacteurs de la déclaration, sur un ton ironique, certainement dépités et menés en bateau par tant de promesses,  s’interrogent : « Que représentons-nous donc, nous les malheureux citoyens de ce beau village devant quelques mètres de bitume ? et, pour rappeler à ces mêmes élus qui ne défilent que lors des élections d’ajouter : « préférez-vous peut-être attendre le prochain mandat des prochaines élections pour de prochaines et sempiternelles promesses ? »

Loin d’être naïfs, les signataires du document apportent eux-mêmes les réponses -qui en disent long – à ces questionnements « Chers élus de toujours, nous réclamons en vous réitérant notre éternelle reconnaissance. »

Pour rappel, la zone d’activité commerciale,  a vu le jour en 1996 et abandonnée par tous les exécutifs qui ont défilé à la tête de l’APC, continue de souffrir le martyr, les pieds dans la gadoue, en hiver et le nez dans la poussière, en été.

Il faut dire que, pendant que l’APC d’Amizour, dénuée de tout sens des priorités, mobilise de gros  moyens pour retaper à neuf (bitume, revêtement des trottoirs en carrelage, espaces verts, alimentation en eau  7/7 et H24) d’une cité qui jouit d’un statut particulier pour la simple raison que des élus et les  « leurs » y résident, alors  que des cités et lotissements d’habitation ayant vu le jour pendant les années 80, continuent d’être méprisés.

R.Z.motsdtete06damizour

KeepOpen |
quand j'ai la parole ... |
Copro89 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ZEN D ESPRIT
| Le blog du syndicat FO de D...
| les sociologues masqués