• Accueil
  • > Archives pour février 2009

Archive pour février, 2009

+Affaire des cinq élèves de terminale, du lycée Okba (Alger):Du nouveau…

  « Les cinq élèves pourront passer leur bac en tant que candidats libres »

Lycée Okba, AlgerDu nouveau dans l’affaire des cinq élèves de terminale  du lycée  Okba, exclus et radiés à vie du bac pour avoir hissé le drapeau français, fait que le ministre de l’éducation, M. Benbouzid qualifie de « très grave » et que les mis en cause réfutent.

« Même si le dossier est toujours entre les mains de la justice et que les concernés vont devoir passer en conseil de discipline, a déclaré M. Benbouzid, les cinq élèves de terminale  auront néanmoins  la possibilité de passer leur bac en tant que candidats libres. » Et d’ajouter « qu’ils ne vont pas réintégrer leur établissement ».

+ « Le bleu »: couleur de campagne pour le 3e mandat

motsdtete06damizour

Cliquer sur la vignette pour agrandir l’image

+ Louiza Hanoune appelle les Algériens à …

motsdtete06damizour

Cliquer sur la vignette pour agrandir l’image

+Algérie: RABBIT AWARDS 2009

motsdtete06damizour

Cliquer sur la vignette pour agrandir l’image

+LOUIZA HANOUNE : »Fidèle à Trotski »

Louiza Hanoune fidèle à « Trotski » …

+LOUIZA HANOUNE :

Cliquer sur la vignette pour agrandir l’image

+ Un conte à dor-Mir debout: « Le coup de peinture et le coup de pied… »

Un conte à dor-Mir debout…

Le coup de peinture et le coup de pied

Avertissement: Toute ressemblance des personnages et des faits évoqués dans ce conte avec la réalité n’est pas du tout fortuite ou le fruit de l’imagination…

Il était une fois une APC très loin de sa population, sauf de « ses amis ». Elle passait son temps à ne rien faire. Et quand il lui arrivait de faire quelque chose, elle ne faisait rien. Les Zélus (ce sont les héros de ce conte) passaient le plus clair de leur temps à se chamailler, surtout sur les véhicules de  la municipalité. On raconta même que le fils du Premier Zélu disposait du véhicule de service de son papa comme son joujou. Pendant ce temps, la commune était abandonnée à son sort et livrée à elle-même. (En fait c’est la population qui la lui a livrée). Ces rues étaient dans un état tel que les gens se posaient cette question, titre d’un film catastrophe : »Y a-t-il un pilote dans l’avion ? » (Pour ceux qui ignorent de quoi il s’agit, le pilote désigne le premier Zélu et l’avion l’APC). Alors, les gens, par dérision, ont en fait « Y a-t-il d’abord un avion ? »

Mais un jour, on annonça la venue d’un Ministre pour une visite « d’inspection et de travail » (Qu’est-ce que ça fait faussement sérieux tout ca ! Non ?). Le Ministre devait donc visiter et inspecter une administration où les gens vont et attendent toute la journée pour se faire rembourser ce qu’ils ont déboursé pour leur santé.

Alors, toutakou soudain, l’APC, comme sortie de sa torpeur et de sa léthargie proverbiales, chargea le brave peintre communal de donner un coup de peinture blanche à la façade du bâtiment où devait se rendre le haut responsable, alors qu’elle  a donné un grand coup de pied à la commune depuis tout ce temps. En plus de cette couche de peinture, l’APC a consenti, quand même de revêtir en béton une portion de trottoir  par où devait passer l’officiel de la capitale.

Ainsi, le Ministre  effectua sa visite, en compagnie des Zélus dandinant bien dans leur beau costume trois pièces, laissant la commune dans ses beaux draps ternes et dans ses cinq longues années entre les mains de Zélus qui savent bien choisir leur costume et surtout le jour pour daigner accorder à la commune quelques coups de peinture… Le Ministre et les Zélus se marèrent. Ces … derniers grinpèrent dans… nos véhicules et s’en allèrent pour attendre la prochaine visite d’un officiel …Quant à la commune, on raconta qu’elle resta officieuse pendant cinq ans…

R.Z.motsdtete06damizour

 

AÏT R’ZINE: Les citoyens ferment le siège de l’APC

  Les citoyens ferment le siège de l’APC

Les habitants des villages Aourir et Djadida de la commune d’Aït R’Zine ont procédé, hier matin, à la fermeture du siège de leur commune. Les habitants frondeurs entendaient protester contre les mauvaises conditions du cadre de vie dans la commune. L’AEP, l’assainissement, l’électrification, les routes et l’aménagement urbain, autant de revendications soulevées dans une plate-forme de revendications, remise au chef de daïra sur fond d’exigence d’une commission d’enquête de wilaya. Si tout est vite rentré dans l’ordre à la suite de l’intervention du chef de daïra, il reste que les manifestants menaçaient de revenir à la charge si rien n’est fait pour remédier aux insuffisances qui empestent leur vie de tous les jours.

  »L’Expression » du 15 février 2009

+Le jeune homme n’a pas « con-volé » en justes noces

  Le jeune homme n’a pas « con-volé »  en justes noces 

La fourberie était aussi simple que stupide. Il voulait empocher la coquette somme de 60.000 DA. Il simule son mariage, sollicite une association de bienfaisance « Tayssir Ezzaouadj »  qui lui remet un chèque. Il obtient la « collaboration » de quelques-uns de ses proches, organise un faux cortège nuptial et le tour est joué…

Sauf que ce jeune homme, originaire de Dra-Dra, commune de Draâ El Gaïd (Kherrata) n’ pas du tout convolé en justes noces, mais simplement « volé » 60.000 DA, en abusant de la générosité d’une association. C’est ainsi que le père de la prétendue épouse, ayant eu vent de cette arnaque, alerte les membres de l’association qui n’ont pas hésité à saisir la justice, même si l’auteur de la supercherie a restitué la somme d’argent.

R.Z.motsdtete06damizour (Synthèse d’un article de la Dépêche de Kabylie du 12 fév. 2009)

 

+ « Incurie au lycée Okba » par M. Salah Amer-yahia (Président-fondateur de l’UPE de la wilaya d’Alger)

   » Incurie au lycée Okba »

Par Salah Amer-yahia*

Au deuxième mois de leur bannissement de l’Education par le premier responsable du secteur, cinq adolescents donc mineurs sont traduits par ce même responsable devant la Justice à quelques enjambées de leur cursus scolaire. Nos cinq jeunes lycéens se voient privés de passer leur bac, mis sous contrôle judiciaire. Ils sont accusés d’atteinte à l’emblème national dans un pays où le système gratifie de pardon et de protection ceux qui continuent à faire la guerre à cet emblème…

C’est la deuxième fois en une décennie que des lycéens du Lycée Okba de Bab-El-Oued sont livrés au lynchage médiatique et à la Justice par ceux qui sont en charge de leur éducation et de leur formation. Durant l’année scolaire 1997/1998, l’Union des parents d’élèves de la wilaya d’Alger avait dénoncé et mis un holà aux accusations portées contre des élèves qui étaient doublement victimes d’agents corrupteurs de l’éducation. Ils excluaient des élèves du lycée Okba pour les réinscrire moyennant argent au lycée Emir Abdelkader.

Les déclarations contradictoires des deux premiers responsables de l’établissement secondaire Okba montrent l’incurie dans laquelle nos enfants étudient. Ils ont livrés à eux-mêmes, sans surveillance, sans enseignants et …durant les cours de soutien ! C’est un agent d’entretien qui accuse des mineurs d’atteinte à l’emblème national !

Que faisaient leurs enseignants, les surveillants, le Proviseur ?

Les premiers à comparaître devant la Justice si délit d’atteinte à l’emblème national venait à se confirmer devraient être les responsables directs, à tous les niveaux  de ce grave échec éducatif.

Alger, le 09/02/2009.

* Le président-fondateur de l’Union des parents d’élèves de la wilaya d’Alger

 M. Salah Amer-yahia,

+En solidarité avec Bouhadou (Entr. de l’EN féminine de judo):Les judokas internationaux se mettent en grève

Soraya Haddad, médaillée de bronze aux Jeux olympiques de Pékin  Les judokas internationaux se mettent en grève

En réaction à  la décision de la Fédération algérienne de judo de refuser à  l’entraîneur de l’équipe nationale féminine de judo, Mohamed Bouhadou, de prendre part à l’assemblée générale élective de la Fédération algérienne de judo qui avait l’intention de se porter candidat à la présidence de cette instance, des athlètes des équipes nationales, messieurs et dames, de judo mécontents du traitement réservé au coach, ont décidé de se mettre en grève.

Dans une correspondance adressée au ministre de la Jeunesse  et des Sports,  ces athlètes  font part de «l’arrêt de toutes leurs activités tant que Mohamed Bouhadou n’est pas rétabli dans ses droits après avoir été empêché d’une manière injuste et non réglementaire de postuler lors de l’AG élective du samedi 31 janvier 2009.»

Cette lettre a été signée d’une quinzaine d’athlètes tous médaillés et distingués sur la scène africaine et mondiale, dont  Soraya Haddad, médaillée de bronze aux Jeux olympiques de Pékin, Amar Benyekhlef, médaillé d’argent aux Jeux olympiques de Pékin, 3 fois champion d’Afrique.

De sans côté, Mohamed Bouhadou affirme : «On a touché à ma dignité et à mon droit de citoyen algérien. Croyez-moi je ne vais pas m’arrêter. J’ai pris la décision de saisir les tribunaux et de porter plainte contre le DJS de Béjaïa et le directeur des sports du MJS parce qu’ils ont menti à mon sujet. Il faut que justice me soit rendue car c’est de la pure hogra que je viens de subir. Je crois que j’ai suffisamment donné au judo algérien pour mériter un sort moins humiliant. Il faut que l’opinion publique algérienne sache ce qui m’est arrivé.»

Synthèse d’après un article de « L’Expression » du mardi 03 février 2009

12

KeepOpen |
quand j'ai la parole ... |
Copro89 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ZEN D ESPRIT
| Le blog du syndicat FO de D...
| les sociologues masqués