• Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

Archive pour septembre, 2009

+ Amizour: Un ouvrier décède accidentellement en manipulant une centrale à béton

Un tragique accident  qui repose, une fois encore la question  sur les conditions de sécurité des ouvriers en chantier. Un ouvrier décède accidentellement en manipulant une centrale à béton

Un  ouvrier  a trouvé la mort aujourd’hui, vers 14 h,  au niveau du chantier de la BMPJ, sur la route d’Elseur. Le tragique accident  s’est produit lorsque la victime, manipulant une centrale à béton, a reçu un violent   coup  sur la tête du couvercle du malaxeur  qui s’est détaché sous pression.

La violence du choc était telle que la victime, originaire d’El-kseur et employé d’une entreprise de bâtiment, est décédée sur le coup. Le corps du défunt,  été évacué vers la morgue de l’hôpital d’Amizour. Des éléments de la police judiciaire étaient sur place pour les besoins d’une enquête sur les circonstances de l’accident.

Ce tragique accident  repose, une fois encore, la question  sur les conditions de sécurité des ouvriers en chantier.

R.Z.motsdtete (29/09/09)

+ L’Algérie se tourne vers le solaire

energiesolaire.jpg  une centrale de production d’électricité solaire de 150 mégawatts en 2010

L‘Algérie va construire en 2010 une centrale de production d’électricité solaire dans le Sahara (extrême-sud) d’une capacité de 150 mégawatts (MGW), a annoncé dimanche à Oran le ministre algérien de l’Energie Chakib Khelil. Le coût de ce projet, le premier du genre en Algérie, n’a pas été dévoilé. M. Khelil a précisé qu’un projet de développement de l’énergie solaire et ses usages dans la production de l’énergie électrique sera soumis au gouvernement.

L’Algérie veut préparer l’après-hydrocarbure en développant les énergies renouvelables dans le solaire et le nucléaire, en coopération notamment avec la France, les États-Unis, l’Allemagne, la Russie, la Chine et le Brésil. L’Algérie a lancé en novembre 2007 la construction d’une centrale hybride utilisant le soleil et le gaz naturel pour produire 180 MGW d’énergie électrique dans la zone gazière de Hassi R’mel (Sahara)

Ce projet est le premier à l’échelle mondiale combinant turbines à gaz et énergie solaire, selon M. Khelil. L’énergie solaire est destinée à terme à se substituer au gaz, avait-il précisé. La centrale doit démarrer en 2010 et pourra à terme permettre l’exportation de l’électricité vers l’Europe, selon le projet.

Dépêche AFP – 28/9/09

+ Education nationale: Pas d’exclusion avant l’âge de 16 ans

1.jpg  Les candidats aux examens recalés admis à refaire l’année

Une note du ministère de l’éducation rappelle qu’«Il est formellement interdit d’exclure tout élève sous quelque motif que ce soit avant l’âge de 16 ans durant ou à la fin de l’année scolaire.»

Face aux comportements  qui risquent de perturber le bon fonctionnement des établissements, précise le même document, le conseil de discipline doit proposer des sanctions en fonction de la faute commise et que la sanction extrême, qui est l’exclusion, reste la prérogative du seul ministre de l’éducation, et ce, après épuisement de toutes les voies de recours.

Par ailleurs, s’agissant des élèves de 4e année moyenne de l’année scolaire 2008-2009 non admis en première année secondaire, l’instruction ministérielle rappelle « qu’ils  sont autorisés à refaire l’année, la durée obligatoire de leur scolarité ayant totalisé dix ans, soit six ans dans le 1er et 2e cycles de l’enseignement fondamental et 4 ans dans l’enseignement moyen». Concernant les candidats scolarisés ayant échoué au baccalauréat (session juin 2009), la note rappelle la promulgation, à cet effet, de la circulaire 004-123 du 8 septembre 2009 qui «définit les modalités de redoublement de la 3e année secondaire et dont les instructions doivent être respectées par tout un chacun en vue de garantir une bonne scolarité en réunissant les conditions pédagogiques nécessaires et en adoptant une approche à même de dégager une alternative pour surmonter les obstacles de l’échec».

+ Barbacha: Un garde communal se suicide

Un garde communal se suicide

Un élément de la garde communale de la municipalité de Barbacha s’est donné la mort tôt dans la matinée d’hier en se tirant une balle dans la tête, a-t-on appris d’une source sûre. Père d’une petite fille, la victime, K. A., résidait dans la commune de Kendira et était connue pour être une personne équilibrée mentalement et sans aucun antécédent. Le corps a été transféré par la Protection civile à l’hôpital d’Amizour pour une éventuelle autopsie, et une enquête de la Gendarmerie nationale a été ouverte pour déterminer les circonstances de cet acte.

N.T. (In La Dépêche de Kabylie – 29/9/09)

+ Caricature de motsdtete: Rentrée scolaire (5)

Nouveau rythme scolaire: Les élèves guettés par le surmenage

coupdeblouse.jpg

Cliquer sur la vignette pour agrandir l’image

+ « Thalassa » (sur France3) fait escale en Algérie, vendredi prochain

 Alger, Delly et harragas

Le port de Dellys« Thalassa*« , le magazine de la mer, présenté sur France 3,  fera escale en Algérie, vendredi prochain (20h 35). Au menu, les plages autour d’Alger: l’une, publique, surpeuplée, l’autre privée un havre de tranquillité. Ces plages reflètent les joies et les tourments de la société algérienne.Thalassa s’intéressera également au charme de Dellys, en Kabylie. Au cours de l’émission, le réalisateur algérien Merzak Allouache, racontera l’histoire  vraie de ces Harragas, ces jeunes qui fuient leur pays sans papier.

Dans le détroit de Gibraltar, Thalassa évoquera également  le mythe et la légende de  l’Atlantide. Une des dernières hypothèses situerait la cité engloutie derrière les colonnes d’Hercule…

* Thalassa: Signifie mer ou océan en ancien grec

+ Cheb Khaled assimile-t-il les Algériens aux nazis?

Cheb KhaledDans un entretien au magazine marocain « Tel quel » du 22 septembre, Cheb Khaled, qui se dit être « un ami du Roi », assimile-t-il les Algériens aux nazis, en évoquant un épisode des rélations tumultuseuses entre l’Algérie et le Maroc: l’expulsion des Marocains du territoire algérien?

Extrait de l’interview  

Vous êtes adulé par les jeunes des deux côtés de la frontière maroco-algérienne, alors qu’il y a une tension entre les deux pays. Comment vivez-vous cette situation ?
J’ai grandi avec cette aberration. Tout petit, j’ai vu un flic entrer chez mon copain et le refouler au Maroc. À Oran, on a tous des amis qui ont été déportés, des gens qu’on a cachés et d’autres qu’on a mariés de force pour qu’ils puissent rester en Algérie. Avec le recul, ces scènes ressemblent à celles de la Seconde guerre mondiale où des voisins cachaient leurs amis juifs pour leur éviter les camps nazis. A ce point. Ça me fait mal. Maintenant que je côtoie le roi du Maroc et le président Bouteflika, on parle de ça et ils me disent tous les deux la même chose : « Les gens ne vont pas comprendre si on tourne rapidement la page du conflit entre le Maroc et l’Algérie. Les jeunes des deux bords t’adorent. On a besoin de symboles comme toi pour ouvrir des brèches et permettre le dégel des tensions en douceur. Et un jour, tout ça va s’arranger ». C’est pour cette raison qu’à mon niveau je passe le message politique avec la chanson et surtout avec le bonheur.

> Lire l’entretien intégral à partir du lien

+ Caricature de motsdtete: Rentrée scolaire (4)

ECOLE: QUI VA PAYER L’ARDOISE?

Qui va payer l'ardoise? (Caricature Mots de Tête d'Algérie)

Cliquer sur la vignette pour agrandir l’image

+ Saha Aïdkoum!

+ Saha Aïdkoum! fleursbouquets20 

Saha Aïdkoum! 

 

Saha Aïdkoum, avec beaucoup de joie

Dans un pays où, au moins, rien qu’une fois

On respecte les lois, la seule voie, la seule foi

Vos oui et vos non, vos voix et vos droits

Saha Aïdkoum, avec beaucoup  de lumière

Sans bougies ni chandelles dans vos chaumières

Sonelgaz, ses délestages, ses gags et vos prières

De ne pas passer vos hivers  comme à l’Age de pierre

Saha Aïdkoum, avec beaucoup de courage

Beaucoup de paix et sans faux barrages

Sans hantise de crever  au bout d’un virage

Sans kamikazes ni hommes étoilés sans visage

Saha Aïdkoum, sans écoles en chantiers

Ni classes surchargées pour vos écoliers

Bourrés de livres et programmes improvisés

Ni profs exploités, tabassés sans le sou virés

Saha Aïdkoum sans quatrième mandat

Dans un pays comme celui de Mandela

Avec une Constitution loin des «cinémas»

Ni marches spontanées ni courbettes ni Zaouïas

Saha Aïdkoum sans pouvoir en généraux

Sans peuple en particulier et mis à carreau

Rue, opinion et plume derrière les barreaux

Leur Etat de siège panacée des desperados

Saha Aïdkoum sans députés et leur salaire

300.000, aux électeurs sale air et misère

Sans Assemblée avec «Les mains en l’air !

Le nif ou la bourse !» «Prenez le nif et on est fiers!»

Saha Aïdkoum avec votre pétrole qu’on éponge

Peuple crève la dalle, soupe cheveux d’ange

Sans viande et «quand je l’ai» on  vous la mange

Congelée, surgelée pas grave, on s’arrange
 

Saha Aïdkoum non à bord d’une épave avec des fous

Au gouvernail, un système rouillé jusqu’aux écrous

Navigant à vue,  vos enfants l’avenir corde au cou

Sans issue ni à bâbord ni à tribord démordez-vous

Saha Aïdkoum sans sinistres ni Gouvernement

Sans Conseil des ministres, coupeurs de rubans

Au menu crise pomme de terre et autres boniments

Pays à l’arrêt, illusions et discours à profusion

Saha Aïdkoum, sans lames tuant vos enfants

«Nageant leur mer» vers d’autres cieux et horizons

Ici emploi des jeunes jusqu’à cinquante  ans

Crédits bancaires, devises aux amis et malversations

Saha Aïdkoum, avec beaucoup de joie

Dans un pays où, au moins, rien qu’une fois

On respecte les lois, la seule voie, la seule foi

Vos oui et vos non, vos voix et vos droits

A.Z.Mots de Tête d’Algérie

+Pour avoir utilisé le drapeau national dans le remorquage d’une voiture en panne, deux jeunes écoppent de 2 ans de prison ferme

drapeau.jpg La défense invoque le fait qu’ils sont « victimes de l’échec scolaire »

Pour atteinte à l’emblême national deux jeunes âgés de 19 ans écopent de 2 ans de prison, rapporte le quotidien Echorouk d’hier . Les faits remontent au 6 septembre dernier, après le match Algérie-Zambie.

Au retour en voiture, vers Alger, le véhicule de l’un des deux campagnons mis en cause tombe en panne d’essence à Boumerdes, vers 2 h. du matin. Son copain lui propose de le remorquer. Le seul moyen pour ce faire était le drapeau national qu’ils brandissaient pendant et après la rencontre de football. Les deux véhicules passent  par deux barrages de police sans que personne ne remarque quoique ce soit. Cependant, au troisième barrage, à Bab El Oued, ils sont interpellés et conduits au poste de police au motif de l’utilisation du drapeau national dans la traction d’un véhicule en panne. Traduits devant le procureur de la République, les deux accusés sont condamnés à 2 ans de prison ferme.

A l’annonce du verdict, les deux jeunes s’éffondrent en larmes en déclarant n’avoir pas agi dans l’intention de souiller le drapeau national, qu’ils étaient tombés en panne sur une route déserte dans une zone réputée pour être dangeureuse et qu’ils ignoraient que leur geste était réprimé par la loi.

Dans sa plaidoirie, la défense qui compte faire appel, a invoqué les circonstances atténuantes en mettant  en avant la naïveté et l’ignorance  des mis en cause sans antécédents judiciaires et le fait qu’ils sont victimes de l’échec scolaire. 

D’après Echorouk (Traduction & synthèse R.Z.motsdtete)

1234

KeepOpen |
quand j'ai la parole ... |
Copro89 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ZEN D ESPRIT
| Le blog du syndicat FO de D...
| les sociologues masqués