+ Le Nobel de littérature 2009 à l’Allemande Herta Müller

L'Allemande Herta Müller , Nobel de littérature 2009   Le Nobel de littérature 2009 à l’Allemande Herta Müller

Herta Müller déjoue les pronostics des bookmakers, selon lesquels le favori, cette année, était plutôt l’Israélien Amos Oz ou l’Algérienne Assia Djébar.

Le prix Nobel de littérature 2009 est atttribué à l’Allemande Herta Müller, auteur de romans comme « La Convocation » ou « L’Homme est un grand faisan sur Terre« . Elle a quitté la Roumanie en 1987 pour l’Allemagne de l’Ouest. Née le 17 août 1953 à Nitzkydorf en Roumanie, Herta Müller a fait des études de littérature germanique et roumaine à l’université de Timisoara. Son premier livre est paru en Roumanie en 1982 dans une version revue par la censure.

Herta Müller déjoue les pronostics des bookmakers, selon lesquels le favori, cette année, était plutôt l’Israélien Amos Oz ou l’Algérienne Assia Djébar, ou encore des Américains comme Joyce Carol Oates ou Philip Roth. L’an dernier, le prix était allé au Français Jean-Marie G. Le Clézio. Les académiciens suédois ont salué chez cette femme de 56 ans son aptitude à peindre « le paysage des dépossédés ».

Il faut dire que l’attribution du prix Nobel de littérature a suscité beaucoup de polémiques et de contestations. C’est ainsi qu’en 1964, Jean-Paul Sartre décline le prix Nobel qui, selon lui, était « beaucoup trop tourné vers l’Occident ». En effet, selon des critiques , au vu du nombre de lauréats, l’Europe est sans conteste le continent le plus récompensé par l’Académie. Plusieurs journaux suédois ont récemment ironisé sur le fait que la Suède détenait plus de prix Nobel que l’Asie tout entière.

L’Afrique est sans conteste le continent le plus boudé par le comité : si l’on excepte les deux Sud-Africains anglophones Nadine Gordimer et John Maxwell Coetzee, récompensés respectivement en 1991 et 2003, on constate qu’un seul auteur noir africain anglophone : le Nigérian Wole Soyinka, en 1986, et un seul écrivain arabophone : l’Égyptien Naguib Mahfouz en 1988, ont été distingués. D’autres auteurs de prime importance comme Ngugi wa Thiong’o, Chinua Achebe, Assia Djebar ou Nuruddin Farah n’ont pas encore obtenu les faveurs du jury.En 1972, le comité a été critiqué pour ses largesses vis-à-vis de la littérature allemande à une certaine époque. Heinrich Böll par exemple a reçu le prix mais pas Bertolt Brecht.

R.Z.motsdtete (D’après diverses sources)

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

KeepOpen |
quand j'ai la parole ... |
Copro89 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ZEN D ESPRIT
| Le blog du syndicat FO de D...
| les sociologues masqués