+ L’innommable au CHU d’Oran

CHU d'Oran,théâtre d'une agression sexuelle par une infirmier sur une malade Un infirmier s’en prend à une malade après l’avoir droguée

Un acte innommable commis par un infirmier exerçant au CHU 1er Novembre, d’Oran  sur une malade,  après l’avoir droguée, rapporte le quotidien El khabar du  jour, a provoqué l’indignation au sein de la communauté médicale et des malades et notamment les femmes terrifiées  par ce qui venait de se produire.

Selon le quotidien, citant des  témoignages de la victime et de l’un de ses cousins, l’infirmier qui assurait la garde dans la nuit du mardi à mercredi derniers au service de chirurgie générale,  a injecté un soporifique  à trois  malades se trouvant dans la même chambre pour  les endormir et pouvoir,  ainsi  abuser de l’une d’elle

La victime, une jeune femme de 24 ans,  mère de deux enfants et qui venait d’être opérée du goitre  était dans un état de semi conscience, puisque la  substance sédative qui lui a été administrée par son agresseur n’avait pas fait son effet. Toujours selon la même source, la victime a tenté, en vain, de repousser son agresseur qui a dû  la brutaliser pour la neutraliser et passer à l’acte, ce qui explique les contusions constatées sur le corps de la jeune malade, ajoute la même source.

Après avoir commis son forfait, l’infirmier a déplacé sa victime dans son lit d’hôpital dans une  salle faisant office de douche  pour faire disparaître les traces de son agression, ce qui a attiré l’attention de l’une des  malades  se trouvant dans la même chambre et qui venait de se réveiller, précise la même source se basant  sur les témoignages du cousin de la victime

Les services de sécurités et des éléments de la police scientifique qui  se sont déplacés sur les lieux  suite à une plainte déposée par les parents de la victime ont procédé aux investigations nécessaires et réuni les éléments matériels  retrouvés sur  les lieux  du crime dont les couvertures, le effets vestimentaires de la victime ainsi que des échantillons  du sérum  qui contenait la substance sédative qui lui a été injectée   

Selon la même source, les parents de la victime mettent en cause   l’administration de l’établissement hospitalier qui a tardé  à prévenir les services de sécurité, alors que le scandale a éclaté aux premières heures de la journée du  mercredi après que la victime eut relaté les sévices dont elle a fait l’objet au médecin chef du service. Une plainte a été déposée par la famille de la victime contre l’infirmier auteur de l’agression mais aussi contre la direction du CHU.

De son côté, précise le quotidien, le Directeur du CHU, Mohamed Mansouri qui a condamné l’agression, a rejeté les accusations arguant le fait que ses services n’ont eu connaissance de l’affaire qu’aux environs de 13 h par l’intermédiaire du médecin  chef du service de chirurgie a qui s’est confiée la victime, pour ensuite déclencher une enquête interne et entamer la procédure disciplinaire à l’encontre du mis en cause. À l’issue de la réunion de la commission paritaire de l’hôpital, il a été mis fin aux fonctions de l’infirmier, en attendant sa comparution devant la justice.

R.Z.motsdtete (Traduction & synthèse d’après un article El khabar du 16/7/2010)

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

KeepOpen |
quand j'ai la parole ... |
Copro89 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ZEN D ESPRIT
| Le blog du syndicat FO de D...
| les sociologues masqués