• Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

Archive pour septembre, 2010

+ Caricature de motsdtete: Ecole, Allègement des programmes…

Caricature Mots de Tête d'Algérie - 30/9/2010

 

Cliquer sur la vignette pour agrandir l’image

+ C’était un 29 septembre… Ben Bella chef du 1er gouvernement algérien/ Proclamation du FFS

1962: Ahmed Ben bella élu Chef du premier  gouvernement algérien

1963: Proclamation du Front des forces socialistes (FFS)

1994 : Assassinat à Oran du chanteur raï Cheb Hasni, surnommé  »le rossignol du raï »

2005: Référendum sur ce qui est appelé « Charte pour la paix et la réconciliation nationale

+ La FAF estera en justice Hanachi

Comme annoncé en filigrane dans son dernier communiqué (23 septembre 2010), la FAF a décidé d’ester officiellement en justice le président de la JSK, Mohand-Cherif  Hanachi, peut-on lire sur le site de la FAF.

Cette décision est venue suite aux déclarations fracassantes de Hanachi, faites à plusieurs titres de journaux et qui a tiré au vitriol sur Raouraou, après le refus de la FAF de prendre en charge les frais du déplacement de la JSK au Nigéria, dans le cadre de la Ligue des Champions africaine. Dans son communiqué la FAF qualifie les propos de Hanachi « d’irresponsables » et « son comportement d’ irrévérencieux à l’égard du Président de l’instance fédérale et des dirigeants du football national »

« Nonobstant les suites que pourrait générer une telle procédure judiciaire, poursuit le communiqué, le cas de Hanachi sera soumis à l’appréciation et aux décisions du Bureau fédéral qui aura à se prononcer sur la teneur des informations calomnieuses et diffamatoires de Monsieur Hanachi. » Pour la FAF, « les déclarations de Hanachi sont contraires  à l’éthique sportive,  à la  morale et  aux règles de déontologie et ce en application des Règlements Généraux régissant la pratique du football en Algérie. »

+ JSK-FAF: Le torchon brûle…

 Hanachi saisit « au vol » le communiqué de la FAF et tire à boulets rouges sur Raouraoua

hanachiraouraoua.jpgLe président de la JSK, Mohand-Cherif Hanachi  ne va pas par quatre chemins pour dire ce qu’il pense de Raououraoua et de sa gestion des affaires du football national. A la veille de la première journée du championnat professionnel, le patron de la FAF semble faire l’unanimité contre lui. Après le front des 28 clubs de la division 2 amateurs, c’est  Hanachi qui prend le relais pour lancer des vertes et des pas mûres contre Raouraoua. 

La goute qui a fait déborder « le vase » de Hanachi est le refus de la FAF de prendre en charge les frais du déplacement de la JSK au Nigéria. La réplique de Hanachi ne s’est pas fait attendre en déclarant que  » la JSK ne déboursera pas un centime, puisque, justifie-il, « c’est le MJS qui a demandé à la FFA de se charger des frais en question ».

(Lire la suite)

+Amizour: Fin de grève à la Socerca

 Le Comité de participation de l’entreprise à l’épreuve d’un vote de confiance

+Amizour: Fin de grève à la SocercaAprès une grève qui aura duré 8 jours, pour exiger le renouvellement de la composante du Comité de participation de leur entreprise dont le fonctionnement est remis en cause, les travailleurs de la Socerca ont décidé de reprendre le travail, à partir de demain.

Cette décision est venue à la faveur d’une rencontre entre des délégués des protestataires et le Président directeur général du groupe, aujourd’hui à Constantine. De source syndicale de l’entreprise, le PDG du groupe aurait donné aux travailleurs des garanties de satisfaire leurs revendications. Le directeur de l’entreprise, selon la même source, a été instruit  de prendre les dispositions nécessaires pour  la convocation d’une assemblée générale  par le Comité de participation qui doit se soumettre à un vote de confiance, conformément à la réglementation (loi 90/11, qui stipule le gel des activités du CP et sa soumission à un vote de confiance, à la demande des travailleurs).

L’autre assurance du premier responsable du groupe et qui satisfait les travailleurs grévistes est la rémunération des journées de grève et l’annulation des mises en demeure dont ils  avaient fait l’objet au début du conflit.

Mots de Tête d’Algérie

+ C’était un 19 septembre… Création du premier GPRA, présidé par Ferhat Abbas

Ferhat Abas, premier président du GPRA1958 - Création du premier Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), présidé par Ferhat Abbas : Bras politique du FLN, le GPRA dont la constitution a été annoncée au Caire (Egypte) le 19 septembre 1958, a été la concrétisation de l’une des décisions prises par le Conseil national de la révolution algérienne (CNRA), réuni du 22 au 28 août de la même année. La mission assignée au premier  GPRA était de parachever la mise en place des institutions de la Révolution et la reconstruction d’un Etat algérien moderne. Le GPRA a négocié les accords de paix (accords d’Évian) avec la France en 1962. Entre 1958 et 1962, il y eut trois formations du Gouvernement provisoire de la République algérienne.

Mots de Tête d’Algérie

+ Crime crapuleux: Une Algérienne de 15 ans violée et tuée à la Mecque!

Le père et le frère de Sarah sous le choc, à l'hôtel (Ph. burnews.com)Une adolescente algérienne de 15 ans, accompagnant ses parents à la Mecque pour accomplir la Omra, a été violée avant d’être tuée par quatre individus, rapporte le journal électronique saoudien burnews.com  (maktab Al akhbar). Les faits de ce crime crapuleux, relate le site, remontent au mardi 18  dernier, lorsque Sarah Khatib regagnait l’hôtel, dans le centre de la Mecque, où avait élu domicile sa famille. Voulant prendre l’ascenseur pour accéder au 4e étage où se trouvait sa chambre, la victime a été enlevée par  trois individus qui la suivaient pour être emmenée jusqu’au  7e étage. Sarah a alors été violée avant d’être jetée de la terrasse, selon des témoins, ajoute la même source qui précise que quatre individus dont trois Yéménites et un Bengali, présumés auteurs du forfait, ont été appréhendés et interrogés par les enquêteurs. 

Selon la même source, citant le médecin légiste, Sarah a du se débattre pour se défendre, avant d’être  étouffée par étranglement par ses agresseurs pour pouvoir assouvir leur instinct bestial. 

La triste nouvelle a provoqué l’indignation et la colère  de la communauté algérienne  séjournant aux Lieux-Saints pour la Omra dont quelque 300 membres, soutenus par d’autres personnes de diverses nationalités, se sont attroupés devant l’hôtel où a eu lieu  l’horrible crime. L’annonce par les  responsables de la police de l’arrestation de deux des assassins  présumés, pendant qu’un troisième est en fuite et la présence du commandant de la Mecque sur les lieux, n’ont pas suffit à dissuader et à disperser les protestataires qui réclamaient la lumière sur ce double crime. Il aura fallu l’intervention de quelques sages parmi les Algériens  pour tempérer les ardeurs des révoltés. Les autorités policières ont tenu à rassurer que les criminels seraient sévèrement châtiés. 

Selon des quotidiens français et algériens, Sarah Khatib, de mère française,  était arrivée avec son père, originaire de Tlemcen et son frère de sept ans à la Mecque en provenance de Marseille. 

Mots de Tête d’Algérie ( Traduction & synthèse d’après un article de burnews.com)

> Lien lire l’intégralité de l’article en arabe:  http://www.burnews.com/news.php?action=show&id=17778

+ Amizour/ Au 6e jour du conflit à la Socerca

 L’inspection du travail se prononce pour le respect de la réglementation

socerca049.jpgAu sixième jour du mouvement de grève à la Socerca, la situation semble évoluer en faveur des travailleurs qui revendiquent la dissolution du Comité de participation de l’entreprise. En effet, de source informée, l’inspection du travail, saisie tout au début du conflit, vient, finalement de rendre son verdict en demandant officiellement à la direction de l’entreprise,  d’appliquer la réglementation et se conformer à loi 90/11, qui stipule le gel des activités du CP et sa soumission à un vote de confiance, à la demande des travailleurs.

Dans une correspondance du 14 septembre, adressée au directeur de l’entreprise,  dont copie au collectif des travailleurs, l’inspection du travail, écrit  » s’agissant de la question relative au retrait de confiance du comité de participation en place, l’article 101 de la loi 90-11 du 21 avril 1990, dispose  que le mandat des délégués du personnel peut leur être retiré par décision de la majorité des travailleurs qui les ont élus, lors d’une assemblée générale convoquée par le président du comité de participation, ou organisée à la demande  du tiers au moins des travailleurs concernés. » 

Par ailleurs, on apprend qu’une délégation des travailleurs grévistes se rendra à Constantine, dimanche prochain pour rencontrer le Président directeur général du groupe et solliciter son intervention dans le conflit. 

Reste à savoir qu’elle sera la réaction du président du Comité de participation à qui il est reproché « l’accaparement de biens de l’entreprise ». Le concerné qui rejette tout en bloc,  avait porté plainte contre les travailleurs grévistes « pour diffamation et la signature de la pétition par certains d’entre eux , alors qu’ils étaient en congé de maladie. »

Mots de Tête d’Algérie

+ Sit-in des intendants à Alger

 La Coordination des intendants claque la porte de l’UGTA

ASit-in des intendants devant le siège de l'UGTA mercredi 15/9/2010 (ph. algerie360.com)ps onze jours de grève, et en dépit des intimidations et des menaces brandies à leur encontre, les intendants des établissements scolaires  ont organisé, hier mercredi, un rassemblement devant le siège de l’UGTA, pour revendiquer le versement des primes de rendement et de documentation.  

Les contestataires qui espéraient être reçus par le patron de la centrale syndicale, ont essuyé une fin de non-recevoir. En effet, rapportent certains titres de presse, au moment du sit-in, Sidi Saïd a préféré quitter son siège. Selon le quotidien El khabar du jour, la coordination des intendants a décidé de quitter la centrale syndicale à laquelle elle est affiliée et rejoindre une autre organisation syndicale. De son côté, le ministère de tutelle considère que les contestataires « perdent leur temps et que seuls les enseignants ont droit aux primes revendiquées par les intendants ».

Rappelons qu’en application des mesures de représailles annoncées par le ministère de l’éducation, deux  intendants ont été licenciés alors qu’un certain nombre d’entre-eux ont fait l’objet de mises en demeure verbales. Le mouvement de grève des intendants a été largement suivi à travers le territoire national. Cette mobilisation a fortement perturbé les inscriptions des élèves, la ventes des manuels scolaires et l’opération de versement de la prime de scolarité, qui devait être entamée la première semaine de la rentrée, selon une instruction du ministre de l’éducation.

A l’issue de ce rassemblement qui aura réuni quelque 2000 participants, la Coordination nationale des intendants a décidé de geler temporairement le mouvement de grève.

Mots de Tête d’Algérie

+ Décès de Mohammed Arkoun

 Défenseur du modernisme et de l’humanisme islamique

IMohammed Arkounntellectuel algérien, philosophe et historien de l’islam,  Mohammed Arkoun est décédé  mardi 14 septembre, à Paris, à l’âge de 82 ans. Né en 1928 à Taourit-Mimoun, en Kabylie, il est considéré comme l’un des professeurs les plus influents dans l’étude islamique contemporaine et de l’histoire de la pensée islamique à la Sorbonne (ParisIII). Mohamed Arkoun enseigne l’«slamologie appliquée », discipline qu’il a développée, dans diverses universités européennes et américaines, en référence à l’anthropologie appliquée de Roger Baptisde. Parmi ses sujets de prédilection, l’impensé dans  l’islam classique et contemporain.

Mohammed Arkoun se situe dans la branche critique du réformisme musulman. Défenseur du  modernisme et de  l’humanisme islamique, il a développé une critique de la modernité dans la pensée islamique, et plaide pour un islam repensé dans le monde contemporain. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont La Pensée arabe (Paris, 1975), Lectures du Coran Penser l’islam aujourd’hui (Alger, 1993), ou encore The Unthought in Contemporary Islamic Thought (Londres, 2002). (Paris, 1982).

123

KeepOpen |
quand j'ai la parole ... |
Copro89 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ZEN D ESPRIT
| Le blog du syndicat FO de D...
| les sociologues masqués