• Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

Archive pour octobre, 2010

+Avis de recherche, dans l’intérêt d’une famille

avisderecherche2.jpg

La famille « TOUATI » du village TAMALIHT, commune de YAKOURENE,

vous informe de la disparition de son fils

« TOUATI MOHAMED », Ben AREZKI

depuis le mardi 19 octobre 2010.

Il est né le 28 octobre 1985 et il est aussi mentalement malade

avisderecherche21.jpg

La Famille prie toute personne l’ayant aperçu, de prévenir son père au numéro de téléphone suivant:

0794. 88. 13. 50

Ou de contacter les services de l’ordre les plus proches.

+ Caricature de motsdtete: 65 médecins spécialistes chinois en Algérie

Caricature Mots de Tête d'Algérie - 31 oct.  2010

Cliquer sur la vignette pour agrandir l’image

+ De Guillotin à Mitterrand…

 L’homme à la rose « rouge »et à l’histoire « sombre »

François Mitterrand«Avec ma machine, je vous fais sauter la tête en un clin d’œil, et vous ne souffrez point ». C’est une phrase, dans son discours, prononcé devant l’Assemblée nationale, le 10 octobre 1789, que Joseph Ignace Guillotin, homme politique et médecin français, a défendu et fait adopter à la Révolution française, la guillotine comme seul mode d’exécution capitale.

Plus d’un siècle plus tard, en 1957, François Mitterrand, alors ministre de la justice  (Gouvernement de Guy Mollet et qui sera élu plus tard Président de la République, dépoussière  « la sinistre machine » pour y faire passer 45  militants de la cause algérienne.  Comble de l’Histoire, c’est sous son règne que sera abolie la peine de mort, le 30 septembre 1981, après le discours historique de Robert Badinter, lui aussi Garde des Sceaux, mais chef de file des abolitionnistes en France.

Cet autre épisode noir des « bienfaits » de la colonisation et particulièrement du parcours de Mitterrand, pendant l’époque coloniale, vient d’être mis au grand jour, par l’historien Benjamin Stora et le journaliste François Malye : dans un livre Mitterand et la Guerre d’Algérie » accompagné d’un film de 70 minutes.

Mots de Tête d’Algérie

Amizour/ La honte! (2)

Image de prévisualisation YouTube

+ Amizour: Une entreprise ferme une rue à la circulation

Une entreprise ferme une rue à la circulation, au mépris de toute réglementation! (Ph. Blog Mots de Tête d'Algérie - Oct. 2010) Une entreprise de bâtiment, a procédé, il y a quelques jours, à la fermeture de la rue des Trois martyrs, pénalisant, ainsi les piétons, les automobilistes mais aussi et surtout les commerçants. Ces derniers se plaignent beaucoup des désagréments que « l’occupant »leurs fait subir.

On a appris qu’après avoir été saisi par des commerçants installés sur le trajet de la rue en question et ses alentours, le Chef de Daïra aurait répondu : » Vous avez raison, mais l’entrepreneur n’a pas où installer son matériel. »Il faut préciser, que la ruelle, venait juste d’être revêtue en bitume. Aucune plaque de signalisation n’est installée. « Circulez », y a rien à voir! »

Comment se fait-il qu’une entreprise, arrive, s’installe et ferme toute une rue à la circulation, au mépris de toute réglementation, et au vu et au su des autorités locales? Y a-t-il un pilote dans l’avion? 

Mots de Tête d’Algérie

+ Amizour/ La honte! (1)

Image de prévisualisation YouTube

+ Une couleuvre capturée dans une salle de classe, à Aïn Timouchent

couleuvre.jpgJeudi dernier, une couleuvre d’un mètre a semé la panique parmi les élèves, dans une salle de classe, dans une école à Aïn Timouchent, rapporte le quotidien Liberté, du jour.  Le reptile, qui s’est faufilé entre les tables avant de trouver refuge derrière le chauffage au fond de la salle, a été, fort heureusement, repéré par l’enseignante. Celle-ci a vite fait évacuer les lieux avant d’alerter les éléments de la protection civile. Il aura fallu démonter le chauffage pour déloger et neutraliser la bête rampante. Cette visite aussi inattendue qu’indésirable , en plein hiver, est, pour le moins insolite et doit susciter beaucoup d’interrogations.

(Synthèse d’après Liberté 25/10/2010)

+ Amizour:Dossier du CEM: Des associations reviennent à la charge

Dans une lettre parue, aujourd’hui, dans le quotidien El watan (Courrier des lecteurs), les associations des villages de la rive droite remettent sur le tapis la question du CEM dont a bénéficié la commune d’Amizour. Les rédacteurs de la lettre, qui s’adressent au Ministre de l’éducation, sollicitent son intervention, pour, écrivent-ils  » éviter au secteur de l’éducation dans notre région un gâchis que les autorités locales s’apprêtent à commettre avec le silence incompréhensible de la direction de l’éducation ». Prenant pour responsable l’APC, à qui ils reprochent la manière dont a été « expédié » le dossier, les signataires de la lettre demandent  à ce que le CEM soit implanté dans une localité qui soit « le juste milieu  pour profiter à tous, « sans discrimination  » et préviennent: « En notre qualité de parents, nous nous réservons le droit de nous opposer à toute situation qui hypothéquerait la scolarité de nos enfants et nous tenons solennellement cette APC pour responsable des conséquences qui en découleraient. »

> Lire l’intégralité de la lettre en PDF, page 22 – El watan du 20 octobre 2010

+ Amizour:Dossier du CEM: Des associations reviennent à la charge dans Echos d'Amizour pdf El watan, du 20 oct. 2010 (version PDF)


+ Amizour: Tension sur le lait en sachet

 … De mal en « pis »

sachetlait.jpgLe lait fait encore (re)parler de lui, à Amizour. Un tour à travers les magasins suffit de constater la crise; une crise qui dure une dizaine de jours. Pour se procurer un sachet de lait,  il va falloir , quand il arrive à arriver,  être sur les lieux très tôt le matin. La laiterie d’Amizour  (sise au domaine Maouchi) qui alimente essentiellement les commerçants de la commune et ses environs est à l’arrêt faute de poudre de lait, nous dit-on. Cette situation oblige les ménages à s’approvisionner en « gros » dès la première livraison. A défaut, on achète du lait en poudre  dont le  prix est l’équivalent de cinq sachets de lait. Et par les temps qui courent, ce n’est pas à la portée de tout le monde. 

Il est utile de rappeler que l’Algérie a décidé de revoir à la baisse la quantité de lait en poudre importée, pour, est-il justifié, « favoriser le recours au lait cru par les laiteries. » Cette option soumet les transformateurs à un rationnement de poudre de lait. Mais, pendant ce temps, et en attendant que notre pays  produise ce produit exclusivement à partir du « cru »,  les enfants, eux, ont besoin de lait pour aller à l’école…  

Mots de Tête d’Algérie

+ Le maire dans le nouveau code communal

Caricature Mots de Tête d'Algérie - 19 oct.  2010

Cliquer sur la vignette pour agrandir l’image

123

KeepOpen |
quand j'ai la parole ... |
Copro89 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ZEN D ESPRIT
| Le blog du syndicat FO de D...
| les sociologues masqués