• Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

Archive pour octobre, 2011

+ Amizour: Une jeune lycéenne renversée par une voiture: Le chauffard prend la fuite

Une jeune lycéenne a été renversée, aujourd’hui,  par un automobiliste qui a pris la fuite, alors que l’accident s’est produit au niveau du rond-point, au centre-ville, et de surcroit, à quelques mètres du poste de police, où, d’habitude  des agents sont postés aux alentours. 

La jeune fille, prise d’un malaise  suite au choc, a été évacuée à hôpital par deux jeunes présents sur les lieux de l’accident. Au service des urgences, la victime n’a, curieusement, (négligence?) subi aucun examen radiologique. Quelques heures après être rentrée chez elle, la lycéenne, prise  de douleurs au niveau de la tête, s’est retrouvée, une seconde, fois à l’hôpital où, cette fois-ci elle avait passé un examen radiologique qui n’a rien révélé de suspect.  » Je ne comprends pas pourquoi on ne lui avait pas fait subir un examen lors de sa première évacuation », s’interroge sa soeur qui l’accompagnait.

Selon un infirmier, la jeune lycéenne n’avait pas fait état de l’accident dont elle avait été victime. Et le questionnaire du médecin urgentiste, dans tout ça? Quant au chauffard, qui a pris la poudre d’escampette, s’en sort « indemne »,  et l’on ignore, si quelqu’un, peut-être un « agent de police »,  a eu le réflexe de relever son numéro d’immatriculation

Mots de Tête d’Algérie

+ Urgent/ Rassemblement des corps communs de l’Education à Alger: Sidi Saïd malmené

Le rassemblement des Corps communs de l’Education à Alger organisé par le Sundicat d’entreprise des travailleurs de l’Education (SETE de Béjaia) et qui se tient et se poursuit en ce moment-même (11 h) devant le siège de l’UGTA  a connu une forte participation.

Joint par téléphone, un délégué syndical des corps communs d’un établissement scolaire d’Amizour a fait état d’un important dispositif de sécurité sur les lieux de la protestation et de ses alentours, appuyé par un hélicoptère de la police nationale.  Par ailleurs, selon la même source, le secrétaire général de la Centrale syndicale, Abdelmadjid Sidi Saïd,  a été sérieusement malmené par les protestataires en colère et aurait même été molesté et pris en tenaille dans un mouvement de foule, dans l’enceinte du siège de la Centrale.

Mots de Tête d’Algérie

+ Libye: Le dictateur kadhafi tué

Caricature de motsdtete 20 oct. 2011

Cliquer sur la vignette pour agrandir l’image

+ Effets secondaires de la grève dans l’Education: Des élèves et leurs parents caillassent des écoles à Khenchela

Des élèves enfants, innocents qui s’attaquent à coups de jets de pierres à des écoles, c’est presque anodin et rentré dans « la normalité » des choses, mais lorsque leurs parents leur prête main forte dans ces  opérations de caillassages, il y a comme de la manipulation dans l’air. C’est ce qui vient de se passer à Khenchella, dans la matinée du lundi, où des établissements, dont les enseignants en grève, ont été pris pour cibles par des élèves « accompagnés » de leurs parents, rapporte le quotidien El khabar dans son édition d’aujourd’hui. 

Ces derniers se sont rués sur les enseignants à coups de pierres, de bouteilles de bière et autres objets contondants, juste au moment où les écoliers ont été libérés. Les parents,  présents,  sur les lieux qui entendaient exprimer leur colère à l’égard des enseignants en grève, après que des voix non identifiées se soient élevées pour mettre à l’indexe les enseignants et leur porter la responsabilité dans les mauvais résultats obtenus aux différents examens, dans la wilaya, précise la même source.

Toujours selon la même source, les enseignants présents et qui ont essuyé aussi toutes sortes d’insanités proférées  par des parents d’élèves, ont du prendre la fuite pour se mettre à l’abri à l’intérieur des sales de classes.  Ces élèves et leur parents, ajoute le quotidien seraient manipulés par des parties inconnues. Une enquête a été ouverte par les services de sécurité pour identifier les instigateurs de ces actes de vandalisme et de violence, est-il indiqué.

Mots de Tête d’Algérie (Synthèse & traduction d’après El khabar

+ Education: Alors que la FNTE entend poursuivre la lutte « dans le cadre du dialogue », les autres syndicats maintiennent la pression

Le secteur de l’Education, semble traverser une longue et sérieuse zone de turbulences en ce début de rentrée. Ainsi après la FNTE (UGTA) qui a observé une grève de trois jours, d’autres syndicats se mettent de la partie. Pour la FNTE, qui s’est réunie avec les représentants du Ministère de l’Education le  troisième jour du débrayage, a rendu public un communiqué dans lequel il est énuméré les points accordés par la tutelle:  l’instauration d’une indemnité de 15% sur le salaire de base, qui touchera tous les fonctionnaires du secteur régis par la loi 305-08, le calcul de la prime de qualification sur un taux de 40 à 45% du salaire de base avec effet rétroactif à partir du 01 janvier 2008, instauration de deux primes qui sont respectivement à hauteur de 25% et 10% du salaire de base au profit des laborantins avec effet rétroactif à partir de janvier 2008 et enfin l’élargissement de la prime de documentation au personnel des services de l’intendance des établissements éducatifs. »

S’agissant de l’intégration des  corps communs du secteur et qui constituait l’une de ses  revendications, la FNTE qui n’ose même pas les nommer, se contente d’exprimer « un sentiment d’insatisfaction par rapport aux résultats de la réunion qu’elle considère discriminatoires à l’égard des autres catégories des travailleurs du secteur. » A quelle catégorie des travailleurs est-il fait allusion? La réponse coule de source, et il s’agit, bien entendu, des corps communs. A cet effet, la FNTE, verse, encore une fois dans l’incantation et ne fait que réitérer « sa détermination à continuer sa lutte dans le cadre du dialogue jusqu’à la satisfaction totale de sa plate-forme de revendications » 

Réagissant aux annonces du Ministère, les autres syndicats font entendre un autre son de cloche. Le Cnapest, l’Unpef, le CLA et le SNTE dénoncent  » le procédé utilisé par la tutelle » allusion faite au communiqué  du ministère et qui fait état de l’octroi de diverses indemnités. Le Syndicat national des travailleurs de l’Education (SNTE) considère que «le ministère de l’Education a choisi de ne travailler qu’avec un syndicat, qu’il assume ses responsabilités. » met-il en garde.

Le  CNAPEST (syndicat de la corporation des PES), dont la grève a été largement suivie, selon ses estimations,  souffle le chaud et le froid et adopte un peu une position du « oui, mais…, s’accroche, lui aussi aux oeuvres sociales. En effet, celui-ci espère que « le ministère prendra des décisions notamment au sujet des oeuvres sociales ». Tout en se félicitant de l’annulation par la tutelle de l’arrêté sur la gestion actuelle, le CNAPEST demande la mise en place d’un autre mécanisme pour un meilleur fonctionnement.

Pour sa part, considérant que les revendications étaient satisfaites, le Ministère de l’Education estime que  «plus rien ne justifiait le maintien de la grève»

Mots de Tête d’Algérie

+ Nobel de la paix 2011: Trois femmes distinguées

Les 3 co-lauréates du Nobel de la paix 2011: Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Liberia, Leymah Gbowee, militante libérienne responsable de l'organisation du mouvement pacifiste « Women of Liberia Mass Action for Peace » et Tawakkul Karman, activiste yéménite fondatrice en 2005 du groupe « Femmes journalistes sans chaînes ».Alors que tout le monde pensait que le prix allait revenir à des cyber-activistes notamment egyptiens et tunisiens pour leur rôle joué dans les révolutions ayant couté leurs poste aux présidents Hosni Moubarek et Ben Ali, voilà qu’aucun Tunisien ni Egyptien n’a pu triompher à Stockholm. En effet, les lauréates sont Ellen Johnson Sirleaf et Leymah Gbowee  du Libéria, et Tawakkol Karman du Yémen.

Le choix de Ellen Johnson Sirleaf  n’était pas très surprenant compte tenu des progrès qu’à connu le Libéria après son investiture en 2005. Des élections qu’elle avait gagné face à un certain georges Weah, l’ex star du football mondial. Cette économiste, formée à Harvard et mère de quatre enfants et grand-mère de huit  petits-enfants, avait travaillé pour l’ONU et la Banque mondiale. Surnommée  « Dame de fer », le néo prix Nobel de la paix a passé deux séjour en prison dans les années 1980 sous le régime de Samuel Doe. Sa compatriote Leymah Gbowee  a joué un rôle important et contribuer fortement dans sa lutte contre la guerre civile qui a ravagé le pays jusqu’à 2003. Connue comme « la guerrière de la paix », Gbowee est très connue des mouvements des non-violence. Celle qui a fondé et qui dirige plusieurs organisations de femmes, a  siégé dans la Commission Vérité et Réconciliation du Libéria..

Enfin, la yéménite Tawakkol Karman troisième lauréats du prix Nobel a joué un rôle prépondérant dans sa lutte contre le régime de Saleh. Cette journaliste a prix la tête des manifestations estudiantines donnant le coup d’envoi du soulèvement contre le pouvoir yéménite, elle qui a encouragé les partis politiques de rejoindre sa cause. Tawakkol Karman a fondé en 2005 le groupe « Femmes journalistes sans chaînes ». Quelques minutes après avoir eu la nouvelle, cette jeune de 32 ans a dédié son prix au « printemps arabe », en précisant que c’est une victoire pour la « révolution » du Yemen.

Le choix de ces trois femmes est venu contredire toutes les spéculations de ces derniers jours sur l’éventualité de voir des cyberactivistes arabes « hériter » le prix qu’a gagné le dissident chinois, Liu Xiaobo.

Par Yemma pour Mots de Tête d’Algérie

+ Les cyberprédateurs/ Témoignage d’une maman: Cylia et les autres…

K, enseignante de français,  vous livre un témoignage des plus cruels. K a du mal à raconter l’histoire de sa fille. «Ma fille n’a que 13 ans, elle est une brillante élève. Dès l’âge de 10 ans, elle manie l’outil informatique d’une manière extraordinaire, ce qui nous a conduits moi et son papa à acheter un abonnement Internet»,  «On ne voulait pas que notre fille manque de quoi que ce soit. on croyait bien faire».  bercée par une quiétude familiale des plus enviables, n’avait aucune idée du monde virtuel qui balance sa fille. «Un soir, alors que Cylia est endormie, j’entends un signal sonore qui retentit depuis le micro-ordinateur. C’était le signal d’un message instantané parvenu sur la fenêtre de discussion instantanée que Cilia avait oublié de fermer». La surprise fut choquante pour  nous qui avons longtemps manqué de vigilance. «C’est un message envoyé par un ami à Cylia sur le site de tchat MSN. Un ami de 57 ans!», s’est-il exclamé de stupéfaction. «Ma fille lui a donné toutes ses informations personnelles, son nom, son établissement scolaire et même son adresse». Une histoire qui donne la chair de poule qui démontre parfaitement les dangers qu’a encourus cette enfant de 13 ans laissée seule devant Internet et sans le moindre contrôle parental. «Elle a failli tomber entre les mains d’un prédateur qui a tenté d’établir une relation de confiance avec une fillette qui manque d’expérience», . Aujourd’hui, le Net est un espace à risque dans lequel les enfants pénètrent d’un simple clic! Dans notre pays, seuls les parents doivent être dix fois plus vigilants. Il y va de la sécurité de leurs enfants.

par K., une maman qui veut mettre en garde contre les cyberprédateurs qui écument la toile et qui ciblent les enfants. 

+ Tripartite: La montagne a accouché …

Les retraités s’y attendaient !!! Que de déceptions en déceptions avec ceux qui nous gouvernent. N’avez-vous pas posé la question pourquoi on s’est empressé d’augmenter le SNMG ? Parce que tout simplement, tous les cadres dirigeants du pays sont payés sur la base d’un contrat de cadre dirigeant dont la rémunération est calculée justement sur le SNMG. Oui sur la base d’un coefficient «k» suivi d’un nombre multiplicateur pour le calcul de la partie fixe. Exemple «K10» cela veut dire tout simplement que la partie fixe est égale à 10 fois le SNMG, soit aujourd’hui 180 000 DA/mois au lieu de 150 000/mois. La partie variable, quant à elle, peut aller jusqu’à 120% de la partie fixe qui s’ajoute encore au salaire du cadre dirigeant. Cette partie variable est déterminée suivant les résultats obtenus durant un exercice considéré.

On n’a presque jamais  vu un cadre dirigeant percevoir moins de 100% en partie variable ce qui lui permet d’avoir 180 000 DA/mois comme partie fixe et autant en partie variable ce qui revient à dire que ce cadre dirigeant moyen qui a un «K10» perçoit en fin de compte 360 000 DA brut par mois !!! Voilà pourquoi nos dirigeants s’empressent d’augmenter le SNMG !! Le coefficient moyen de nos dirigeants varie entre K8 et K12. Un P-dg d’une petite entreprise publique par exemple est coté à K11. Son DG adjoint à K9 ou K10, un directeur central peut aussi avoir le statut de cadre dirigeant et être coté à k8, k9 ou k10 pour certains.

La manne pétrolière est si bien répartie entre riches qu’il ne reste plus rien pour ces oubliés de retraités. Les oubliés continuent en revanche de souffrir et la majorité d’entre eux ont des enfants de bas âge à charge ainsi que des enfants en âge de travailler mais comme ils sont chômeurs, ils sont contraints de subvenir à leurs besoins et de les nourrir avec cette retraite qui ne suffit même plus pour le pain et le lait.

Nous sommes au bord de l’asphyxie et aucun dirigeant n’ose contribuer à trouver une solution pour ceux et celles qui se sont sacrifiés pour bâtir l’Algérie post-indépendance. On savait d’avance que les Sidi Saïd et consorts de la Centrale syndicale ne décident de rien, ils ne font que meubler le décor d’une salle feutrée et arrangée en la circonstance.

Avec votre plume aidez-nous et dites la vérité sur ce que les retraités sont en train d’endurer et informer aussi les lecteurs de votre journal pourquoi on a accouru à faire augmenter le SNMG qui profite en premier lieu à ceux qui occupent des postes de cadre dirigeant. Tous ceux qui étaient autour de la table de réunion étaient concernés par cette augmentation du SNMG. Au niveau de chaque société, entreprise et filiale algériennes, on trouve de nombreux cadres dirigeants qui sont payés sur la base du SNMG. C’est ce qui se pratique sur l’ensemble du territoire national et nous sommes très étonnés que l’ensemble de la presse nationale ne focalise cette augmentation du SNMG que sur ce qu’un ouvrier pourrait gagner de plus par rapport à l’ancienne cotation du fait de cette augmentation du SNMG alors que ceux qui profitent vraiment on ne les a jamais cités et pourtant ce sont bien eux qui en bénéficient le plus (ils vont avoir 20% de plus soit l’équivalent d’environ de 2 fois le SNMG) et non pas les autres qui constituent une partie très infime par rapport aux actifs qui perçoivent un salaire autrement plus important que ce seuil minimum.

Une Algérienne, salariée

+ Caricature de motsdtete: Le SNMG passe à … 18000 DA

Caricature de Motsdtete 02 oct.  2011

 

Cliquer sur la vignette pour agrandir l’image

KeepOpen |
quand j'ai la parole ... |
Copro89 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ZEN D ESPRIT
| Le blog du syndicat FO de D...
| les sociologues masqués