• Accueil
  • > Echos d'Amizour
  • > + Amizour: Des associations de villages dénoncent la « démission des autorités locales » et appellent les populations à des actions de protestation

+ Amizour: Des associations de villages dénoncent la « démission des autorités locales » et appellent les populations à des actions de protestation

Visiblement, la situation au niveau des villages  El-Hamma, Aregrag, Boumeraou, Drari  et Ouaoucha n’a pas évolué et les problèmes auxquels  sont confrontées les populations de ces  localités restent toujours posés. C’est, en effet, ce qu’on peut lire dans une déclaration rendue publique, cette semaine et signée par cinq associations. Les rédacteurs du document ne sont pas allés par quatre chemins pour dénoncer de manière virulente ce qu’ils qualifient de « démission des autorités locales, à leur tête le président de l’APC. »

Considérant que leurs populations vivent « le calvaire dans l’indifférence», les auteurs de la déclaration intitulée « Non au mépris! Mobilisons-nous pour notre droit à des conditions de vie dignes », dressent tout un listing de problèmes qu’ils ont déjà exposés auprès des autorités locales mais, déplorent-ils, celles-ci « se contentent de dresser des procès-verbaux au cours de réunions qui n’aboutissent qu’à d’autres réunions et à d’autres PV, sans lendemains. » Les protestataires dénoncent « les fausses promesses » destinées, selon eux, « à  noyer les problèmes, pour ne pas trop fâcher les populations et à gagner du temps. »   » Une posture  purement électoraliste »,  jugent-ils. A ce sujet, il est évoqué les procès-verbaux des réunions  du 14 janvier 2010 et de celle du 11 octobre 2011, qui sont restés « lettre morte » puisque, peut-on lire dans le texte de la déclaration, « aucune de ces doléances n’a été sérieusement prise en charge ».

Dans le même contexte,  les initiateurs du document parlent, ni plus ni moins, de « villagisme et de clientélisme » qu’ ils expliquent  par le fait que, « quand elle veut satisfaire les doléances d’autres zones de la commune, l’APC  ne s’encombre pas trop de fiches techniques, de délais et autres aspects procéduraux. »

Concrètement, les rédacteurs de la déclaration dénoncent « l’exclusion de leurs villages » de tous programmes d’approvisionnement en gaz de ville, le retard accusé dans la mise en service du centre de soins et de l’agence postale, (des structures dont  les travaux ont été achevés depuis une année). En matière d’alimentation en eau potable, la situation est qualifiée de « désert« , alors que, pour le revêtement en béton bitumeux des pistes, c’est le « bourbier », estiment-ils. Il en est de même pour le transport, l’assainissement et l’éclairage public.

Les responsables associatifs, qui considèrent que « l’heure des promesses non tenues est  révolu et que l’heure est à l’action », concluent leur déclaration par un appel aux populations à se mobiliser pour interpeller l’APC et l’exécutif et à tenir des assemblées générales pour débattre de la situation et décider des actions à mener.

 Par ailleurs, l’on apprend que, consécutivement à la publication de la déclarations, des assemblées générales ont eu lieu dans le courant de cette semaine, au niveau des villages en question. De source informée, de nombreuses propositions d’initiatives et d’actions de protestation ont été formulées et qui seraient discutées lors d’une importante rencontre de coordination et qui aura lieu, selon nos sources, le  mercredi prochain. Nous y reviendrons.

Mots de Tête d’Algérie

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

KeepOpen |
quand j'ai la parole ... |
Copro89 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ZEN D ESPRIT
| Le blog du syndicat FO de D...
| les sociologues masqués